Tous nos collaborateurs restent mobilisés pour vous servir !
Nous continuons à répondre à vos mails, vos appels téléphoniques, et continuons à vous livrer
» Gestion d'éclairage
Gestion d'éclairage

La gestion d'éclairage regroupe tous les composants, système et logiciels permettant l'allumage, l'extinction  et la gradation des luminaires. Ces différentes actions peuvent être controlées manuellement ou automatiquement ( en fonction d'un calendrier horaire, de l'apport de lumière extérieur, de la présence ou l'absence d'utilisateur dans une pièce ).

 

Les systèmes de gestion d'éclairage automatisés, ont pour vocation de gérer votre éclairage, en ayant comme objectif principal l'apport de lumière artificielle nécessaire au moment ou elle est utile, de façon à générer des économies d'energies importantes. Le second objectif, est de simplifier les cablages et  faciliter la mise en oeuvre, notamment grâce à l'utilisation d'applications pour smartphone ( CASAMBI ou HUBSENSE et BT CONTROL d'OSRAM ).

 

Nous détaillerons dans cette rubrique les systèmes suivant 

  • LINK : Commande allumage et extinction et gradation sans fil ( pas de gestion automatisée )
  • DALI : Gestion d'éclairage automatisé (système filaire)
  • BT CONTROL : Gestion d'éclairage automatisé  (sans fil et cablé ) paramétrage par smarphone
  • CASAMBI  : Gestion d'éclairage automatisé sans fil paramétrage par smarphone
  • HUBSENSE : Gestion d'éclairage automatisé sans fil paramétrage par smarphone

 

La gestion d'éclairage est devenue une obligation lors de la rénovation de l'éclairage des bâtiments

 

Un arrêté du 3 mai 2007 ( modifié par l'arrêté du 22 mars 2017 ) "RT par élément" ou "RT rénovation",  précise le niveau de performance énergétique à atteindre lors d'une rénovation de l'éclairage d'un bâtiment existant, quelles que soient l'ancienneté, ou la surface du bâtiment à rénover. Evidemment la climatisation et le chauffage sont également concernés par cet arrêté, mais ce n'est pas notre sujet.

 

Télecharger ici le document de l'ADEME ( voir page 26 )

 

Les points significatifs concernant l'éclairage sont les suivants :

  • Obligation de modulation automatique de l'éclairage artificiel en fonction de l'apport de l'éclairage naturel
  • Un capteur de luminosité et de présence ne doit pas gérer une surface de plus de 25m²
  • La consommation maximum des luminaires par m² ne doit pas excéder 1,6W pour un éclairage de 100 lux

Pour un bureau de 100m² dont le niveau d'éclairement recommandé est de 500 lux la consommation de l'ensemble des luminaires ne devra pas excéder  1,6 x 100 ( m² ) x 5 (5x100lux) soit  800W maximum 

 

20 luminaires de bonne qualité ( consommant 30w chacun ) permettent d'atteindre ces exigences, soit 600W. Une gestion d'éclairage automatisé permettra de réduire encore d'au moins 20% cette consommation, soit environ 480W. Des économies supplémentaires pourront évidemment encore être réalisées avec une optimisation de cette gestion d'éclairage.

 

La gestion de votre éclairage induit forcement que vos luminaires sont moins longtemps allumés, et souvent à un niveau de puissance faible, cela aura une influence directe sur leur durée de vie et réduira fortement également vos coûts de maintenance.

 

Vous pensez à rénover votre éclairage et avez du mal à estimer les économies que vous pourriez réaliser, le petit tableau suivant ( extrait d'un document de l'ADEME ), va vous permettre de calculer votre consommation actuelle :

 

Consommation par m² pour 100 lux selon l'âge de l'installation

 

Votre installation a plus de 20 ans, il y a fort à parier que si le niveau d'éclairement recommandé est atteint ( 500 lux ), votre consommation soit proche de 37,5W/m² soit  3750W pour un bureau de 100m² ( objectif après rénovation 480W maximum ), soit une économie de plus de 80% .

 

Dans les faits c'est un peu différent, il y a fort à parier que si votre installation d'éclairage à plus de 20 ans , le niveau d'éclairement recommandé ( 500 lux ) ne soit pas atteint,  du reste toujours d'après l'ADEME  seuls 34% des bureaux respectent ce niveau d'éclairement et 22% auraient un niveau d'éclairement en dessous de 300 lux.Eclairement sur plan de travail

 

Bien sûr éclairer moins de 500 lux serait tentant pour faire des économies mais d'une part vous n'êtes pas en conformité avec la norme, et cela à des conséquences sur la fatigue, donc la productivité et la motivation de vos collaborateurs. Cela induit des maux têtes, voire de l'abstentéisme, et peut nuire à l'image de marque de votre entreprise.

 

Nous aurions souhaité vous communiquer quelques chiffres sur le coût d'un éclairage de mauvaise qualité, mais ce n'est pas facile à quantifier. Malgré tout il n'y a aucun doute sur le fait que cela à une influence directe sur la performance de vos équipes. Cette influence sera d'autant plus importante que la moyenne d'âge de vos collaborateurs est élevée.

 

 

Pour revenir à notre sujet principal, c'est à dire la gestion d'éclairage et les économies potentielles qu'elle induit, voici quelques erreurs fréquemment rencontrées et facilement corrigeables :

  • Un bureau de 100m² entièrement éclairé pour 1 ou 2 collaborateurs
  • Un bureau entièrement éclairé alors que la lumière naturelle serait suffisante pour la moitié des postes de travail
  • Un bureau éclairé alors qu'il n'y a personne dedans
  • Des couloirs éclairés en permanence
  • Des lumières non éteintes dans les sanitaires, local d'archives , local  photocopieuses ...
  • Des escaliers qui restent éclairés tout au long de la journée

Coût d'une gestion d'éclairage automatisée

 

Nous avons parlé plus haut des économies qu'une gestion d'éclairage permettait, il faut bien également parler des coûts. Nous ne parlerons ici que des solutions sans fil Bluetooth, car à ce jour ce sont les plus faciles à mettre en oeuvre.

 

Si vous optez pour une gestion d'éclairage automatisée de type "Bluetooth mesh" (HUBSENCE d'OSRAM ou CASAMBI), la bonne nouvelle est que le coût des travaux électrique est faible, puisqu'il ne s'agit que d'un remplacement de luminaires (souvent point par point), pas de travaux, de passage de câbles ....

 

La conséquence est que le temps pendant lequel vos bureaux ne sont pas accessibles est faible, et que ces opérations pourront se faire par zones sans affecter l'ensemble de vos bureaux.

 

Dernier avantage de cette solution, la modularité de vos bureaux.  

 

Exemple, vous souhaitez cloisonner un open space ou inversement créer un open space en supprimant des cloisons, vos luminaires pourront être réaffectés selon votre nouvel agencement sans travaux ni câblage, une simple mise à jour de votre gestion d'éclairage sera nécessaire

 

Surcoût de cette solution

 

La mauvaise nouvelle est que ces luminaires équipés de la technologie bluetooth ont un surcoût, par rapport à un luminaire dimmable en DALI ( gestion d'éclairage câblée ) de l'ordre de 20 à 30%. Ces surcoûts seront malgré tout largement compensés par les économies de câblage, de mise en service du système, la souplesse et la modularité que vous apporteront ces systèmes de gestion d'éclairage sans fil.

 

Autres coûts à prendre en compte :

 

Le paramétrage de la solution, le repérage de l'ensemble des luminaires Bluetooth peut prendre du temps. 

On estime à une journée de travail, le repérage et la mise en service de 150  à 200 points lumineux. 

C'est évidemment beaucoup plus rapide que pour une solution filaire DALI qui nécessite de plus, des connaissances spécifiques que peu de personnes maitrisent.

 

Les détecteurs de présence et luminosité peuvent être nombreux à paramétrer. La recommandation de l'arrêté dont nous avons parlé plus haut préconise un détecteur pour une zone de 25m² maximum, ( que vous optiez pour  une solution filaire ou bluetooth c'est la même chose)

 

Pour optimiser votre solution d'éclairage automatisée et en tirer le meilleur profit ( économies) , il faut calibrer les capteurs de luminosité, c'est-à-dire vérifier que la luminosité mesurée par ces capteurs est identique à la luminosité mesurée sur les espaces de travail à l'aide d'un luxmètre et réajuster si elle est différente ( c'est quasiment toujours le cas !)

 

Les opérations de calibrage nécessitent des conditions particulières, elles se font hors présence des collaborateurs et avec une  luminosité ambiante inférieure à 50 lux. Cela implique fréquemment de travailler de nuit. Cette opération est déterminante elle ne doit surtout pas être négligée sous peine de n'avoir pas le niveau d'éclairement adapté aux postes de travail ou au contraire dépenser inutilement de l'énergie.

 

Maintenir un niveau d'éclairage constant quel que soit l'apport de lumière naturelle nous le soulignons une nouvelle fois est un gage de confort et favorise la performance de vos équipes